AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  Soul Society  

 

 Imaginary - Libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anonymous
Invité
Invité



Imaginary - Libre Vide
MessageSujet: Imaginary - Libre   Imaginary - Libre Icon_minitime13.12.10 20:39

Inspiration, expiration. Les yeux clos, toujours clos. Pas un bruit ne se faisait entendre dans la chambre de la jeune femme, mis à part celui de sa respiration. Un peu trop rapide, cela dit au passage. Oui, Meredith était réveillée, depuis un long moment à présent. Paupière serrées, elle faisait tout pour chercher à sombrer de nouveau dans le sommeil, mais rien n’y faisait. Alors les heures défilaient. Mais regarder sa montre, dans ces cas là n’est pas une excellente idée. Que fit-elle donc ? Brusquement assise en tailleur sur la couverture de son nouveau lit, elle se mit à fixer sa montre, comme si celle-ci pouvait lui donner une solution pour s’endormir à nouveau. Mais elle ne l’avait pas renseigner sur grand-chose. Pas même sur l’heure en fait, car, ses yeux plissés, pourtant habitués à l’obscurité n’arrivaient pas, malgré leurs effort à distinguer les aiguilles du petit objet. Dans un soupire excédé, la belle blonde s’était donc lever pour essayer de trouver quelque chose à allumer. Mais son geste avait eu un tout autre effet, en effet, se prenant les pieds dans la valise ouverte au sol, elle s’effondra tout simplement, renversant les livres qu’elle avait pour l’instant, posé là la veille.

« Hmmm yaaahouuuuch… »

En s’éloignant un peu de la scène, vous pourrez vous une main réapparaissant de derrière le lit, et une Meredith avec des cheveux en bataille, se relever difficilement avec une magnifique petit grimace, le tout avant de se laisser de nouveaux tomber sur le lit, droite comme un piquet, puis ’en mode’ loque, allongée sur la couverture retournée dans tous les sens de fait de sa nuit un peu longue. Nuit qui n’était toujours pas terminée d’ailleurs. Le visage enfouis dans l’épais tissus, elle lâcha échapper un nouveau petit grognement agacé. Et bien, elle refaisait la même chose qu’à sa première nuit. Pourtant, jusque là, ça allait, mais, là, elle n’arrivait réellement pas à dormir. Et, oui, elle le savait, il faudrait bien un jour qu’elle se décide à tout ranger. Mais c’était sa nature qui voulait ça ! Si si, promis, ça n’était pas de sa faute ! Bon… d’accord, un petit peu tout de même… mais juste un peu. Heureusement que sa mère n’était pas là pour voir ça dit donc. Ça aurait été un carnage… un peu comme sa nuit quoi.

Mais, ne voulant plus rester une seconde de plus proche de son lit, la jeune femme se leva, attrapant des affaires dans la pénombre, puis son téléphone, avant de sortir dans le couloir, en sautillant pour mettre sa seconde chaussure qui lui faisait de la résistance. Les escaliers, elle les descendis doucement, l’épais tapis rouge amortissant ses bruits, donnant aux lieux un aspect un peu sinistre et silencieux. Réajustant sa manche, le t-shirt mis à la vas vite, la jeune femme descendis doucement, tripotant son portable dont la batterie commençait d’ailleurs sérieusement à faiblir. Comment ça se faisait qu’il n’y ai pas d’électricité dans le coin ? Incroyable ça !

Et pas de réseau. C’était surtout ça. Depuis qu’elle était arrivée, aucuns appels n’avaient acceptés de passer. Non, pardon, ça n’était pas tout à fait vrai puisqu’on l’avait appeler, mais qu’à grand coup de grésillement, la conversation avait couper avant qu’elle n’ai pu dire quoi que se soit, ou bien entendre grand-chose d’intéressant. Enfin bref, elle pouvait toujours tenter. Après tout, qu’en savait-elle, il y avait peut être la possibilité de faire quelque chose à cette heure ci… au moins, il y avait moins de gens à appeler, ça, c’était clair. Et elle risquait de ne pas pouvoir tenir très longtemps non plus si cette petite barre de batterie ne voulait pas remonter. Chose qui ne se ferait sûrement pas par magie.

Mais ni le réseau ni la batterie ne voulaient entendre quoi que ce soit aux supplications muettes de la jeune femme. Roh, ça n’est que de la technologie, ça n’est pas bien dur de s’en séparer voyons ! Surtout pour quelqu’un qui ai vécus à la ville pendant longtemps, toujours avec son téléphone le soir, et toujours sur son ordinateur pendant la journée ou la soirée lorsqu’elle n’était pas en train de travailler. Pc qu’elle n’avait pas pris d’ailleurs. Elle aurait bien été le chercher, ainsi que charger son portable en dehors de ce lieu… si seulement elle avait réussi à sortir. Réussi ? Essayé non ? Mais, si, elle avait tester. Mais alors pourquoi elle n’était pas sortie ?

Seule, dans le brouillard du matin, la jeune femme s’était avancée doucement, se faisant engloutir assez pour ne plus voir les contours flous de l’hôtel, derrière elle. Cette impression étrange et étouffante l’avait de nouveau prise alors qu’elle s’enfonçait d’autant plus dans le parc… le jardin ? Oui, le jardin dirons nous plutôt. Voulant plonger les mains dans ses poches, elle se rendis compte que c’était une robe qu’elle avait mit. Oui, et bien de toute évidence, malgré son insomnie, elle n’était pas encore tout à fait bien réveillée hein. À moins que ça ne soit le lieu qui lui fasse cet effet. Oui, voilà, elle était dans un hôtel hanté, et, bientôt, elle découvrirait que certains murs n’étaient pas là la dernière fois qu’elle était passée par untel couloir, et puis finalement, ce serait…

Ok, on arrête de délirer ma pauvre vieille. Les cheveux en pagaille, elle se retourna brutalement, croyant entendre quelque chose craquer. Mais le brouillard ne lui permettait pas de voir grand-chose, les ombres des arbres autour d’elle se fondaient dans les ténèbres. Elle était seule. Et pourtant, il lui semblait bien avoir entendu quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
 

Imaginary - Libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hotel Seven :: 
    À l'Extérieur de l'Hotel...
 :: Cours Arrière
-