AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  Soul Society  

 

 ► Johann Friedrich Baüer ◄

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Johann F. Baüer
« Ganz egal wie der Wind dreht geh ich meinen Weg ! »


♣ Messages : 52
♣ Âge du Joueur : 29
♣ Doubles Comptes : Jillian R. Mizuno

♟ Âge : 24 ans

♟ Signe Astro : Scorpion

♟Statut RP : Open

♟ Tag Line : « Je me suis toujours demandé si les gauchers passaient l'arme à droite. »

♟ Avatar : Reita [the GazettE]



Registre de l'Hôtel
Infos Personnage:

► Johann Friedrich Baüer ◄ Vide
MessageSujet: ► Johann Friedrich Baüer ◄   ► Johann Friedrich Baüer ◄ Icon_minitime27.10.10 8:31


JOHANN FRIEDRICH BAUER feat. Reita [the GazettE]

« Je me suis toujours demandé si les gauchers passaient l'arme à droite. »


► Johann Friedrich Baüer ◄ Reitagrande


    ► Johann Friedrich Baüer ◄ Reitaicon


      Âge : 24 ans
      Date de naissance : 1er Novembre
      Signe astrologique : Scorpion
      Sexe : F { } | M {X}
      Nationalité : Allemande
      Métier : Homme de main de l'Hotel Seven




      ♦ Vous en 7 Mots



      1 ♦ Une Obsession ? Johann déteste les photos. Il ne veut pas que son visage apparaisse sur la pellicule. Et pourtant, ce n'est pas par coquetterie. Il n'aime tout simplement pas se faire prendre en photo et lorsqu'un appareil photo sera dans le coin, vous le verrez disparaître plus rapidement que son ombre.
      2 ♦ Un Tic ? Johann n'a pas de tic à proprement parler. Mais il fume. Et beaucoup. Il est interdit de fumer dans Seven, alors on le retrouve souvent appuyé contre une des façades extérieures du grand bâtiment, clope coincée entre les lèvres, regard dans le vague. Ne venez pas le déranger pendant une de ses pauses...
      3 ♦ Un Péché Originel ? Probablement la colère. Habituellement assez impassible, il est néanmoins capable de grands excès de colère. Mais, il sait néanmoins où est sa place à Seven et courbera l'échine devant les clients, même si ça le fait parfois rager aux vues des boulots qu'on lui fait parfois faire...
      4 ♦ La Santé ? Johann est en très bonne forme physique. Il n'a pas le choix ! Son travail demande souvent endurance et force même si ça ne semble pas toujours être le cas. Ça dépend de ce qu'il y a de cassé dans l'hôtel... Mais quoi que ce soit, Johann doit toujours être capable de répondre à la demande.
      5 ♦ Le Sexe ? Il faut le comprendre... il travaille sept jours par semaine. C'est difficile de trouver le temps de draguer dans ces conditions. De plus, on ne le voit justement jamais draguer. Ce n'est pas un "sport" que Johann pratique. Le sexe, oui. Mais vous n'en saurez pas plus, par contre...
      6 ♦ Amour ? Ce n'est pas que Johann n'a jamais aimé. Mais pas comme on le dit dans les romans. Il n'attend pas le grand Amour. Celui qu'on écrit avec un "A" majuscule. Il n'y croit pas vraiment et trouve assez naïf de prétendre le contraire.
      7 ♦ Un Secret ? Johann ne parle pas de son passé... ni de sa petite personne, en fait. Il préfère laisser planer le mystère sur qui il est. Après tout, si sa mère était aussi convaincue que quelque chose n'allait pas chez son fils, ce n'était peut-être pas pour rien...




        ► Johann Friedrich Baüer ◄ Reitaavatar


      ♦ Who are You ?


      CARACTÈRE :
      Mystérieux : Indéchiffrable, Johann se fait un point d'honneur à ne pas laisser ses émotions transparaître facilement pour les autres... mis à part l'ennuie, peut-être bien. Et pourtant, il échoue souvent, surtout dans les extrêmes qu'il visite parfois telle la colère ou l'agacement. Mais Johann n'en est pas moins mystérieux. Il n'y a, dans tout l'hôtel, qu'une seule personne qui sache réellement qui il est et, surtout, ce qu'il a fait auparavant, ainsi que ce qui l'amène à Seven. Et cette personne, c'est tout bonnement l'intendant. Sullivan semble tout savoir de Johann, ce qui l'énerve passablement. Au moins, il est certain que l'homme gardera tout ça pour lui. Alors n'essayez pas d'en apprendre plus auprès de l'intendant ! Johann est certain que ses secrets sont bien gardés. Néanmoins, il déteste sentir le regard de l'intendant sur son dos pour cette raison. Cet homme se rit de lui... et de ses faux airs mystérieux ! Car finalement, il est parfois si simple d'apprendre à connaître quelqu'un... Johann n'est qu'humain et peut craquer à tout moment. C'est peut-être ce que Sullivan attend...

      Dominateur : Johann est celui qui domine dans à peu près toutes les situations possibles... sauf dans son métier et ça l'agace particulièrement. Homme de tête, il rechigne souvent à devoir obéir au doigt et à l'oeil aux clients et l'a très mauvaise lorsque son travail est rabaissé. Surtout lorsque quelqu'un lui explique comment le faire ! Après tout, il occupe ce poste depuis si longtemps qu'il devrait bien savoir comment réparer un foutu tuyau ! Mais non... il y a toujours un emmerdeur pour contester son boulot et son côté dominateur prend rapidement le dessus. Il réussi à se contrôler, certes, mais la tentation est forte de les envoyer réparer leurs cochonneries tous seuls, parfois ! Et au pas de course, les amis ! Parce que Johann n'est pas tendre...

      Tenace : Lorsque Johann a une idée, il ne l'a pas n'importe où ailleurs et surtout pas là où la lumière ne se pointe que très rarement. Il s'y tiendra et gare à vous si vous essayez de lui faire changer d'avis ! Le pire, c'est que parfois, il continuera à argumenter même si vous réussissez à lui faire comprendre que vous avez raison. Johann ne veut pas nécessairement avoir raison, non... Il veut que vous ayez tort ! Et ça fait toute la différence. Mais, ce n'est pas seulement en paroles que Johann est tenace. Il ira jusqu'au bout de ses convictions, même si celles-ci sont potentiellement dangereuses, pour lui ou pour les autres. Sauf une... Et c'est à propos de l'impossibilité de sortir de l'hôtel. Étrangement, lorsqu'on en parle, Johann ne fait que détourner le sujet de la conversation. Pourtant, il aurait techniquement dût être le premier à mettre l'hôtel à feu et à sang pour réussir à trouver une sortie... Pourquoi cette soudaine docilité ? Décidément, ça ne lui ressemble que trop peu...

      Audacieux : C'est même pire que ça, parfois. Johann n'a pas de limites dans ce qu'il décide de faire. Et l'audace n'est sûrement pas ce qui manque. Lorsqu'il était tout gamin, Johann était le premier que ses amis envoyaient faire un mauvais coup. C'était sûr à 100% qu'il le ferait et pas qu'à moitié, surtout si on ajoutait qu'il n'était pas capable ou qu'il n'oserait jamais le faire ! Oui, la provocation fonctionne généralement bien avec Johann et ça le rend même plus audacieux que jamais. Bien entendu, il a prit un peu de maturité depuis, fort heureusement ! Ainsi, les gages ne fonctionnent plus, car ils ne l'amusent tout simplement plus. Néanmoins, s'il veut quelque chose, il n'aura jamais honte de le demander et n'hésitera pas non plus.

      Égocentrique : Je, me, moi. Si Johann ne parle pas souvent de lui-même, c'est uniquement parce qu'il ne parle pas souvent tout court. Johann donne l'impression d'être une personne très centrée sur elle-même. Il ne semble pas s'intéresser aux autres autour de lui et donne à croire qu'il se trouve très important. L'opinion des autres ne semble pas l'intéresser ou le toucher et c'est à peine s'il semble le remarquer. Peut-être n'est-ce pas tout à fait le cas, finalement ? Quoi qu'il en soit, ça lui donne tout un genre qui peut parfois sembler assez impressionnant quand on tente de lui parler. Il se fiche un peu de ce que vous racontez et pourtant, même s'il ne semble pas, il enregistre tout. Ah... Il ne s'y intéresse peut-être pas, mais attention. Tout aussi égocentrique qu'il est, Johann sait que parfois, il vaut mieux être un peu ouvert à ce qui nous entoure. Mais il n'est pas obligé de le montrer, n'est-ce pas ? Eh bien c'est ce qu'il s'applique à faire...

      Colérique : Si Johann semble distant la majorité du temps, c'est parce que l'intendant l'a déjà avertit maintes fois de contrôler ses excès d'humeur. Et il a énormément de difficultés à y arriver. Alors plutôt que de parler avec tout un chacun, Johann préfère encore se retirer. Il faut dire que ses éclats de colères sont parfois un peu effrayants et qu'il ne les contrôle vraiment pas. Ceux-ci lui ont souvent attirés des ennuis, autant à l'extérieur de l'hôtel qu'à l'intérieur et sa réputation n'est plus à faire en ces murs. Certains des employés l'évitent comme la peste. D'autres le méprisent pour ces excès incontrôlés. Quoi qu'on puisse en penser, il n'est pas toujours simple d'avoir une bombe à retardement dans le corps et Johann craint ses excès de colère tout autant qu'il les attend parfois avec impatience. Parce que lorsqu'il a besoin de faire sortir la vapeur, il se sent mal, très mal. Et une fois la crise passée, il va beaucoup mieux. C'est un cercle vicieux... Plus il tente de se contrôler, moins il y arrive...

      Indépendant : S'il est seul, Johann ne s'en sent pas plus abandonné. Il a sa petite routine, ses petites manies, quelques mauvaises habitudes qui ne seraient pas vraiment appréciées s'il faisait sa vie avec quelqu'un... Johann n'a besoin de personne pour vivre et surtout, pour bien le faire ! Il n'est pas chagriné d'être seul et parfois, s'en félicite même. Surtout lorsqu'il voit des couples nouvellement mariés arriver à l'hôtel et se bécoter dans tous les coins sans faire attention à ceux qui passent par là... L'amour, ça ramollit le cerveau. Et finalement, l'amitié aussi. Lui ne dépendra jamais de qui que ce soit, parole de Johann ! On la lui a déjà faite et plus jamais. Il croyait pourquoi compter sur sa mère et pourtant, elle l'a froidement abandonnée. Mais parfois, Johann est aussi un peu injuste dans ses jugements.. et peut-être que sa mère n'y échappe pas, finalement.

      Indomptable : Ceci est un Johann à l'état sauvage. Gardez vos doigts hors de sa portée, merci. Ah oui, car Johann ne se laissera sûrement pas apprivoiser aussi facilement ! Pourquoi pas ? Eh bien pour commencer, il n'en a pas du tout envie. Ensuite... Ensuite, c'est Johann. S'il était facile à apprivoiser, les gens qui s'intéressent à lui n'y accorderaient plus leur attention, de toute façon. Car pour aimer tourner la tête vers Johann, il faut aimer les défis de taille, non ? Eh bien voilà, vous en avez trouvé un et pas rien qu'un demi !

      Violent : Johann frappe et ce, autant avec les poings qu'avec les mots. Il n'est pas violent à chaque moment de sa vie, oh non. Mais lorsqu'il a une crise de rage particulièrement aigüe, il peut devenir assez incontrôlable et même dangereux. C'est principalement ce qui lui a attiré des ennuis et surtout, de gros cas de conscience dans son passé. Et c'est exactement ça qu'il fuyait en venant à Seven. Mais peut-on réellement se fuir soit-même ? Il ne semble pas... Et Johann l'a compris un peu à ses dépends. Ainsi, il perd assez facilement son sang froid. Et lorsqu'on le pousse assez, Johann crie. Il crie fort et souvent, il atteint là où ça fait mal. Et s'il ne réussi pas à le faire par la parole, ce sera avec les poings. Et là encore, il possède une force que ses bras bien découpés et ses épaules bâties sur le même modèle laissent facilement entrevoir...

      Complexe : Vous avez lu jusque là ? Alors vous ne devez pas être très encouragés, n'est-ce pas ? Eh bien détrompez-vous. Il y a encore une lueur d'espoir... comme dans tout bon conte, non ? Johann est peut-être violent, sauvage, difficile à cerner. Mais ce n'est pas pour rien. Il a une personnalité bien plus complexe que ce qu'il laisse voir et même, que ce qu'il croit lui-même. Car non, Johann ne se connait pas aussi bien qu'il semble le croire. Il aurait peut-être parfois besoin de bras réconfortants. D'une petite pause douceur dans la tempête qui gronde constamment dans sa tête. Mais visiblement, personne ne veut la lui donner. Et peut-on réellement le leur reprocher ? Car Johann est tellement difficile à cerner qu'une personne bien avisée ne verrait même pas les quelques qualité qu'il a et qui peuvent étrangement ressortir au moment où on s'y attend le moins.



      PHYSIQUE :
      Johann a probablement une apparence physique tout aussi mystérieuse que peut parfois l'être sa personnalité. Et c'est voulu... À croire que le blond aime faire planer le doute autour de sa personne. Mais pourquoi s'en amuser autant ? Nul ne le sait... Et finalement, peut-être que vous non plus ne le saurez jamais. Plusieurs s'entendent pour dire que c'est une façon comme une autre d'être distant avec les autres, de s'en protéger. C'est peut-être le cas, mais Johann ne va sûrement pas avouer quelque chose d'aussi... faiblard.

      Ainsi, monsieur aime le mystère. Parfois, on dit que les personnes les plus mystérieuses sont pourtant celles qui, finalement, ont le moins de faits intéressants à cacher. Rassurez-vous, ce n'est pas nécessairement le cas de Johann. Quoi que... ce n'est peut-être pas aussi rassurant que ça en a l'air ? Bref, le jeune Allemand a des traits impossibles à confondre : il est Japonais d'origine et ça paraît. Et pourtant, il ne se considère pas comme tel. Mais, le regard que lui renvoie le miroir est indéniablement bridé et étiré en longueur vers les tempes. Ses yeux sont légèrement plus pâle que la majorité des iris noirs japonais, mais sont tout de même brun, tirant plutôt sur les couleurs automnales, toutefois. Ceux-ci sont généralement soulignés d'un bon trait de khôl, pas pour accentuer leur courbe, pas pour les faire paraître plus grands, mais seulement pour leur donner un aspect un peu plus dur, plus perçant. Après tout, ce que l'ont remarque le plus dans ce visage à demi voilé, ce sont les yeux et les lèvres. Et justement, ces mêmes lèvres sont finement dessinées, rosées mais pas trop et il les laisse constamment au naturel. L'attention y est généralement portée même si elles ne sont pas soulignées et la raison en est fort simple...

      Le nez de Johann est continuellement masqué par un bandeau. Tantôt blanc avec quelques arabesques argentés à même le tissu, tantôt remplacé par un bandana aux couleurs foncées qui couvre non seulement son nez, mais aussi sa bouche, Johann a probablement fait plus fort que n'importe qui sur cette terre pour éveiller la curiosité des passants. Et n'essayez pas de le forcer à s'en départir ! Il ne le retirera pour rien au monde. Et même l'intendant n'a jamais réussi à le lui faire enlever et Johann craint que ça ne froisse plus l'homme qu'il ne veut le laisser paraître. Oh, il ne lui en parle pas souvent. Seulement pour les soirées plus « officielles » où il est obligé d'apparaître. Mais non. Johann n'enlèvera ce « masque » pour rien au monde. Et il n'y a pratiquement aucune raison de valable pour le garder pourtant. Mais lorsque Johann a une idée en quelque part, ce n'est pas n'importe où... et il y tient à ce bandeau. Non, il n'est pas défiguré, rassurez-vous. Mais ça, il ne le dira probablement pas de lui-même, se fichant éperdument qu'on puisse penser qu'il l'est.

      Ses cheveux, quant à eux, sont naturellement noirs. Et pourtant, personne ne l'a jamais vraiment vu avec les cheveux noirs, du moins pas parmi ceux qui le côtoient présentement. Johann se teint depuis une bonne dizaine d'années en blond et ce n'est pas prêt de changer. Quelques mèches prennent parfois des teintes plus foncées, mais à peine. Et si certaines personnes trouvent qu'un asiatique aux cheveux clair semble déplacé, ce n'est pourtant pas le cas de Johann. Il semble porter la couleur avec un naturel presque déconcertant. C'est peut-être seulement l'habitude ? Car avouez que vous ne le verriez pas du tout retrouver ses cheveux corbeaux... Ils sont assez courts, mais pas autant que la majorité des hommes qui peuvent se vanter de porter la coupe courte. Ainsi, il peut les coiffer avec un peu plus de fantaisie, les relevant souvent en un mohawk assez libre au-dessus de sa tête. Sa frange prend aussi de l'importance lorsqu'il se coiffe, lui couvrant souvent un oeil.

      La taille ? 1m72 et il se fiche éperdument qu'on le trouve « petit ». Oui, c'était peut-être difficile de s'affirmer à l'école secondaire parmi tous ces idiots qui semblaient grandir plus vite qu'ils ne devenaient intelligents, mais depuis qu'il a atteint l'âge adulte, Johann a bien compris que ça ne changeait pas grand chose dans sa petite vie... Limite, ça réduit un peu son champs d'intérêt côté drague, puisqu'il préfère que ses conquêtes soient plus petit(e)s que lui. Mais pour ce que Johann drague, ça ne change pas grand chose non plus... Il est tout fin, pesant à peine 55 kg et ne semble pas capable de prendre plus de poids. Heureusement, il n'est pas maigre non plus. Ses épaules sont assez carrées pour un Japonais d'origine et ses bras finement musclés par le travail qu'il effectue dans l'hôtel. Car si certaines journées sont relativement calmes à Seven, ce n'est pas toujours le cas et il est arrivé plus d'une fois que Johann doivent changer tout le système du chauffage central ou encore une bonne partie de la tuyauterie. Dans un tel endroit, les hivers les plus doux sont pourtant rudes et c'est lui qui fait toute la réparation, alors...

      Côté style vestimentaire, Johann n'a rien de tous ces Japonais qu'il a l'impression de croiser à l'hôtel et qu'il en soit béni !! Si ceux-ci semblent la plupart du temps aimer mettre leur féminité en valeur, ce n'est pas du tout le cas de Johann. Et qu'on ne lui parle pas d'asiatiques aux traits doux, presque féminins et tout ce blabla inutile... Allons donc, vous l'avez regardé ?! Il a bel et bien l'air d'un homme et ce n'est même pas de loin qu'on le confondra ! Johann s'habille dans un style un peu rock'n roll, privilégiant les accessoires qui abondent en ce sens, les pantalons un brin trop grand mais à peine, les vestes en cuir... Et les t-shirt au corps. Il porte continuellement des Dr. Martens aux pieds, comme si c'était tout ce qu'il avait... ce qui n'est pas faux, mis à part une paire de baskets qu'il n'utilise que peu.



      SIGNE DISTINCTIF : Ce qui distingue réellement Johan d'à peu près n'importe qui dans l'hôtel, voire n'importe où ailleurs, c'est ce bandeau qu'il porte constamment sur le nez. Et si ce n'est pas son fin bandeau blanc aux arabesques argentés qui s'y trouve, ce sera fort probablement un bandana de couleur foncée. Vous croyez pouvoir le lui arracher pendant un moment d'inattention ? Prenez garde... Johann ne rigole jamais avec son intimité. N'entrez pas trop dans sa bulle et laissez ce sacro saint bandeau là où il est. Ça vaut mieux pour tout le monde. Si vous avez entendu des rumeurs à propos d'une quelconque défiguration, c'est faux. Cependant, Johann ne se chargera sûrement pas lui-même de protester contre cette rumeur. Il s'en fiche un peu, voire beaucoup et vous pouvez bien le harceler de questions qu'il ne vous répondra pas, seulement pour le plaisir d'en créer d'avantage !
      De plus, son prénom se prononce "Yohann" et il aura tôt fait de vous le rappeler ! Johann déteste qu'on le prononce à tort et à travers et ce n'est pas parce que vous êtes un client de standing qu'il laissera passer...



      ♦ Where Have You Been ?


      HISTOIRE : Vous connaissez le trouble de personnalité borderline ? Non ? Bienvenue dans la tête de Johann Bauer... On dit que le trouble borderline est héréditaire. La mère de Johann en a détesté celle qui a mis son fils au monde. Car incapable de procréer, Estel Bauer, femme de Clemens Bauer, a décidé qu'elle ferait appel à une mère porteuse. Mais, pas n'importe laquelle. Elle avait trouvé, un soir, une jeune femme dans la rue, seule. Ou peut-être pas si seule qu'on pouvait le croire à première vue. Car le ventre de cette femme était gonflé comme un ballon. Japonaise d'origine, Maoko était arrivée en Allemagne depuis quelques mois seulement. C'est au Japon qu'elle était tombée enceinte, mais ça elle ne le savait pas. C'était après la guerre et l'Allemagne avait besoin d'alliés pour se reconstruire. Hors, la deuxième guerre mondiale et l'échec cuisant des grandes idées de la doctrine aryenne avaient laissé un goût amer aux voisins des Allemands. Par contre, quelques Japonais furent envoyés pour reconstruire. Mais pas par patriotisme, plutôt par envie de quitter un pays déjà dévasté par la guerre. Le vivre ailleurs que chez soit est parfois moins difficile : on ne voit pas les siens souffrir.

      Maoko était sans métier. C'est la raison pour laquelle elle quitta le Japon. Et pas de son plein gré. Elle venait tout juste de marier un homme qui la répudia parce qu'elle n'était apparemment pas pure. Mais, avant de s'en débarrasser comme on le ferait d'un sac de farine percé, il la mis enceinte. Et cette jeune femme qui avait grandie dans une famille aisée avait soudainement tout perdu... en plus d'être la future maman d'un bébé qu'elle ne désirait pas. Sa rencontre avec Estel Bauer fut une bénédiction. Car elle n'avait plus ce poids sur les bras qu'était l'éducation d'un enfant. Estel en voulait un ? Maoko le lui donnait ! Ainsi, Johann n'a jamais foulé le sol du Japon. Et attention si vous lui dites qu'il est Japonais (ou Chinois, Coréen... c'est la même chose, de toute façon pour lui). Il est bien Allemand et fier de l'être, il ne faut pas croire. De toute façon, sa mère biologique l'a accepté. C'est qu'elle ne devait pas valoir la peine qu'il se penche sur son cas, n'est-ce pas ? Il fut obligé de renouer avec le passé lorsque Estel lui « appris » que ce dont il souffrait était héréditaire. Fausse alerte... Estel avait seulement tendance elle aussi à l'exagération. Comme quoi on a beau ne pas avoir été fait par une personne, lorsqu'elle est trop présente dans notre vie, on en prend tous les plis...

      BorderLine, babe...!


      Mais qu'est-ce que c'est ? Trouble psychologique, le trouble borderline peut parfois être confondu avec une simple dépression ou encore de la schizophrénie. Ce n'est cependant pas le cas, loin de là. Ce n'est pas héréditaire, comme la mère de Johann l'avait cru et ça se développe souvent pendant l'adolescence. Pourtant, c'est dès l'âge de huit ans que Johann commence à avoir quelques penchants borderline. L'évolution de son trouble n'est peut-être pas aussi important qu'on voudrait le croire. Disons que ce fut assez bref comme évolution avant d'atteindre un point culminant presque effrayant. Ce qui se développa surtout chez Johann, c'est sa colère. Une agressivité qui paressait sans limite prenait souvent le garçon qui n'avait autre choix que de la déverser sur la personne présente lorsque finalement, il arrivait à saturation. Et ce n'était jamais vraiment beau à voir... et surtout assez dangereux. Mais ça, c'est une autre histoire...

      Qu'est-ce qui se passe dans la petite tête de Johann ? Mis à part cette rage et cette violence destructrice qui l'assaille sans cesse et qu'il est incapable de faire évacuer normalement, Johann a plusieurs autres problèmes liés à ce trouble psychologique. Naturellement, il ne reconnaît pas avoir des problèmes. Enfin... ça ne va pas nécessairement de soit, mais disons que vu les maints psychologues qu'il a rencontré et qui lui donnaient toujours un avis différent sur la question - que Estel prenait toujours trop au pied de la lettre - il était difficile de les croire sérieux. Bref, depuis très longtemps, Johann se sent abandonné, seul. Et ce sentiment d'abandon, c'est uniquement auprès de sa mère qu'il trouve racine. Pas sa mère biologique, non, mais Estel. Et pourtant, la femme a toujours été là pour Johann. Peut-être pas toujours de la bonne façon, mais on ne peut pas lui reprocher d'avoir été absente, c'est un fait. Alors pourquoi Johann lui en a-t-il toujours voulu à ce point d'être si « absente » alors qu'elle ne l'était pas ? Borderline, babe... Il ne faut parfois pas chercher bien loin.

      Constamment, Johann s'ennuie. Il se sent vide. Peut-être pas vide d'émotions, car elles sont fortes et violentes, mais sa vie lui semble creuse, sans but, sans objectif. Il a souvent l'impression d'avoir été jeté dans ce monde alors qu'il n'y appartient pas vraiment, d'être laissé là sans chemin, sans raison d'être. Et ça le rend fou. Plus que fou même. Ça lui donne envie de taper, de crier ! D'ailleurs, ce sentiment d'ennui lui amène souvent un autre sentiment négatif. Johann se dévalorise beaucoup. Et s'il ne le montrera jamais vraiment devant qui que ce soit, il se sous-estime constamment. Et lorsqu'il échoue, c'est encore pire, ce qui le rend incontrôlable tant qu'il n'a pas déversé la rage qui l'habite sur quelque chose... ou sur quelqu'un. Car c'est une véritable intolérance à la frustration que nous fait Johann ! Il est incapable de se prendre un marteau sur le doigt sans lancer le fichu objet sur un autre... ce qui entraîne forcément le bris de l'autre objet et une frustration encore plus grande. C'est peu pratique...

      De tout temps, Johann a toujours eu de grosses insomnie chroniques. Il a du mal à s'endormir, il a du mal à rester endormi et le lendemain, il est souvent aussi fatigué que la veille. Rien de bien intéressant... et rien qui ne l'encourage à rester zen dans la journée, malheureusement. Et si ses émotions subissent souvent des hauts et des bas, ce n'est peut-être pas pour rien. Le manque de sommeil rend agressif, à ce qu'on dit. On pourrait monter toute une thèse à propos de Johann... De plus, il a toujours fait dans l'excès. C'est peut-être un point moins marqué de lui à présent qu'il est à Seven, mais Johann était le genre à boire dix cafés dans une journée et à fumer deux paquets de cigarette en même temps qu'il enfilait les uns après les autres ses cafés. Heureusement, il n'a jamais pris d'alcool ou de drogue, mais le café et la cigarette, c'est un très mauvais mélange pour un nerveux caractériel... De plus, Johann a toujours adoré la vitesse et faire monter le compteur sur sa moto ne lui a jamais fait peur. Il a d'ailleurs récolté bon nombre d'amendes ainsi... Mais étonnamment, jamais d'accident.

      Mais pourquoi parler autant en détail de sa maladie ici ? C'est ce que vous allez voir...

      I hate everything about you...


      Johann aimait sa mère à la folie. Tout son amour avait été porté sur la femme qui était le pilier de la vie de Johann, son père étant décédé lorsqu'il avait seulement six ans d'un cancer qui fut bref et foudroyant. Toute sa vie, Johann l'a passé dans les jupons de sa mère. Et pourtant, ça ne l'a jamais empêché de la détester de toute son coeur. Oui, vous l'avez deviné... C'était la faute de ce fichu trouble psychologique. Et personne ne savait comment aider Johann. Surtout que le jeune homme n'avait jamais vraiment semblé vouloir s'aider... Peut-être que l'excès dans tout ce qu'il faisait fini par le perdre. Quoi qu'il en soit, un jour, sa mère se trouva au mauvais endroit au mauvais moment. Johann était sous pression. Plus que jamais, même. Il travaillait en ce temps pour un mécanicien et devait réparer une voiture pour le lendemain. Mais tout semblait aller de mal en pis et il découvrait des problèmes qu'il n'avait même pas soupçonné sur cette satanée ferraille.

      Sa mère vint. Elle ne voulu pas partir lorsqu'il le lui demanda. Ce qui devait arriver arriva. Johann, sous la pression, la frappa. Assez fortement pour qu'elle finisse la semaine à l'hôpital. Et c'est en centre psychiatrique qu'entra Johann. Cette période de sa vie est floue, très floue. On lui a fait des traitements sans nom dont il ne veut tout simplement plus se rappeler. On lui a probablement griller quelques neurones sans même qu'il s'en aperçoive et on le bourrait de médicaments nuit et jour. Il était sur le point de craquer lorsque la chance de sa vie se présenta : un incendie dans une des ailes opposées à la sienne. Un moment d'inadvertance de la part des gardiens plus tard, Johann était libre comme l'air... Du moins, c'est ce qu'il croyait... Parce que l'endroit dans lequel il est tombé était probablement pire que l'asile...


      VOTRE ARRIVÉE À SEVEN: Johann sortait tout droit d'un centre psychiatrique lorsqu'il mit les pieds à Seven. Il ne sait trop comment il a fait pour se rendre de l'Allemagne à ici, mais ce qu'il sait parfaitement bien, c'est que ce maudit dépliant, il l'a trouvé le matin même de l'incendie à l'asile sur sa table de chevet. Il n'a jamais su qui l'avait déposé là, mais parfois, dans ses rêves les plus sombres, il voit Sullivan se pencher sur cette damnée table de chevet pour poser le papier. Depuis ce temps, Johann est l'homme à tout faire de l'hôtel... Et l'intendant lui a clairement fait comprendre qu'il savait d'où il venait et tout ce qu'il avait fait. Parfois, Johann se demande pourquoi il lui a confié un tel poste. Mais, les hommes intelligents ne posent pas ce genre de question. Le blond préfère de loin continuer à travailler comme il le fait habituellement, c'est à dire bien. Ainsi, il n'a aucun compte à rendre à l'intendant...



      ♦ Behind the Screen



        ► Johann Friedrich Baüer ◄ Reitaicon2



          Pseudo : Kurika
          Âge : 20 ans
          Sexe : F {X} | M { }
          Pays : Québec
          Présence sur 7 : À tous les jouuuurs !
          Comment avez-vous connu le forum ? À moi !
          Voulez-vous que Nanashi intervienne dans vos RPs ? : Voui, naturellement ♥
          Et maintenant le code ? Validé par Jillian





      ► Johann Friedrich Baüer ◄ Reitaicon
        Put all your angels on the edge.
        Keep all the roses, I'm not dead.
        I left a thorn under your bed. I'm never gone...


    Dernière édition par Johann F. Baüer le 15.11.10 7:20, édité 5 fois
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
    Johann F. Baüer
    « Ganz egal wie der Wind dreht geh ich meinen Weg ! »


    ♣ Messages : 52
    ♣ Âge du Joueur : 29
    ♣ Doubles Comptes : Jillian R. Mizuno

    ♟ Âge : 24 ans

    ♟ Signe Astro : Scorpion

    ♟Statut RP : Open

    ♟ Tag Line : « Je me suis toujours demandé si les gauchers passaient l'arme à droite. »

    ♟ Avatar : Reita [the GazettE]



    Registre de l'Hôtel
    Infos Personnage:

    ► Johann Friedrich Baüer ◄ Vide
    MessageSujet: Re: ► Johann Friedrich Baüer ◄   ► Johann Friedrich Baüer ◄ Icon_minitime27.10.10 8:40

    J'en profite pour utiliser le joli petit modèle tout neuf et je fini ça demaaaain ♥

      ► Johann Friedrich Baüer ◄ Reitaicon
        Put all your angels on the edge.
        Keep all the roses, I'm not dead.
        I left a thorn under your bed. I'm never gone...
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
     

    ► Johann Friedrich Baüer ◄

    Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
    Page 1 sur 1

    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
    Hotel Seven :: 
      Administration
     :: Votre Personnage :: Fiches Validées
    -